Francés

La production de voitures et de camions aux États-Unis augmentera de 10,2% en 2022

La production de voitures et de camions aux États-Unis a enregistré une croissance de 10,2 % en glissement annuel en 2022, pour atteindre 10 millions 060 000 unités, selon les données de la Réserve fédérale.

Les États-Unis possèdent l’un des plus grands marchés automobiles du monde.

Globalement, le pays est le deuxième marché mondial pour la vente et la production de véhicules.

Production de voitures

Les filiales américaines des entreprises automobiles à capitaux majoritairement étrangers soutiennent directement plus de 400 000 emplois aux États-Unis.

Outre les usines d’assemblage d’automobiles, de nombreux constructeurs automobiles ont des usines de moteurs et de transmissions basées aux États-Unis, et mènent des activités de R&D, de conception et de test aux États-Unis.

Alors que la production américaine d’automobiles en 2022 s’est élevée à 1,73 million d’unités, en hausse de 10,9 % en glissement annuel, la production de camions a totalisé 8,32 millions d’unités, en hausse de 9,9 %.

En ce qui concerne les camions, la production de véhicules légers s’est élevée à 7,29 millions d’unités (en hausse de 9,7 % par rapport à l’année précédente) et celle de véhicules lourds à 280 000 unités (en hausse de 14,3 %).

Économie

L’économie américaine a renoué avec la croissance après deux trimestres de contraction modérée, mais la demande intérieure est restée faible.

Selon la Banque centrale européenne (BCE), la demande étrangère nette et l’investissement non résidentiel aux États-Unis ont été les principales sources de croissance au troisième trimestre 2022.

Pour l’avenir, la BCE s’attend à ce que la demande intérieure continue de manquer de dynamisme, car l’inflation élevée et le durcissement des conditions financières continuent d’éroder le revenu disponible réel des ménages et de freiner la consommation privée, tandis que la forte baisse des mises en chantier, associée à la baisse de l’accessibilité au logement et à la hausse des taux hypothécaires, devrait peser sur l’investissement résidentiel.

En octobre, l’inflation globale a diminué plus que prévu pour atteindre 7,7 % et, bien qu’elle reste historiquement élevée, on considère qu’elle a atteint un sommet, car les indices des prix de l’énergie et des denrées alimentaires ont continué à se modérer.

L’inflation de base en glissement annuel a diminué à 6,3 %, mais devrait rester plus persistante en 2023, en raison des pressions à la hausse exercées par le taux de variation des prix des services (par exemple, les loyers élevés).

 

Redacción Opportimes

Publicidad
Mostrar más
Botón volver arriba