[themoneytizer id="51423-1"]
Francés

 Subventions à la pêche: Conférence ministérielle de l’OMC

Lors de la 13e conférence ministérielle qui se tiendra prochainement, les travaux de l’OMC visant à réduire les subventions à la pêche (préjudiciables) figureront en bonne place à l’ordre du jour. 

Quelque 260 millions de personnes dépendent directement ou indirectement des pêcheries marines pour leur subsistance. 

En outre, la dépendance mondiale à l’égard des aliments aquatiques pour la nutrition augmente.

La menace que fait peser la surpêche sur les stocks de poissons du monde entier est donc alarmante. 

Selon l’OMC, on estime qu’au moins 34% des stocks mondiaux sont surexploités, contre 10% en 1974, ce qui signifie qu’ils sont exploités si rapidement qu’ils ne peuvent plus se reconstituer. 

Les financements publics -actuellement estimés à 35 milliards de dollars par an au niveau mondial, dont 22 milliards environ augmentent la capacité de pêche de manière non durable- continuent d’aggraver cette situation en permettant à de nombreuses flottes de pêche de pêcher plus longtemps et plus loin en mer qu’elles ne le pourraient autrement, au détriment de la vie marine.

Subventions à la pêche

Lors de la 12e Conférence ministérielle de l’OMC, qui s’est tenue du 12 au 17 juin 2022 à Genève, les membres ont adopté l’accord historique sur les subventions à la pêche après avoir travaillé sur cette question au sein du groupe de négociation sur les règles de l’OMC depuis 2001. 

La cible 14.6 a donné une nouvelle urgence à ce travail dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, adoptés par les dirigeants mondiaux en septembre 2015. 

L’accord marque une étape importante pour la durabilité des océans en interdisant le soutien des gouvernements à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), à la pêche des stocks surexploités et à la pêche hauturière non réglementée.

Avant la CM13, les travaux de l’OMC sur les subventions à la pêche progressent sur deux fronts. 

Tout d’abord, l’accord doit entrer en vigueur, ce qui implique que les deux tiers des membres de l’OMC prennent les mesures officielles pour adopter ce qu’ils ont convenu en 2022. 

Accord multilatéral

Plus de la moitié des 110 acceptations nécessaires sont disponibles et de nombreux membres ont l’intention de déposer leurs instruments lors de la CM13. 

En outre, le nouveau mécanisme de financement des pêches de l’OMC sera disponible pour fournir une assistance technique aux pays en développement et aux pays les moins avancés afin qu’ils mettent en œuvre les dispositions de l’accord et qu’ils gèrent leurs pêcheries de manière durable.

Le deuxième axe de travail concerne la «deuxième vague» de négociations visant à formuler des disciplines supplémentaires ciblant les subventions qui contribuent à la surcapacité et à la surpêche, ainsi que des dispositions correspondantes pour un traitement spécial et différencié afin de répondre aux besoins des pays en développement et des pays les moins avancés membres.

 

 

Redacción Opportimes

Publicidad
loading...
[themoneytizer id="51423-1"]
Mostrar más
Botón volver arriba