Francés

Pauvreté et inégalités sociales en Amérique latine

L’Amérique latine a toujours connu des taux élevés de pauvreté et d’inégalité sociale, note Credicorp Ltd, une holding de services financiers de premier plan ayant des activités au Pérou.

Selon la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), la pauvreté en Amérique latine est passée de 51,2% en 1990 à 31,6% en 2010. En raison de la pandémie, la pauvreté est passée à 33% en 2020, et en 2021, la CEPALC estime que cet indicateur sera de 32,1%.

En ce qui concerne l’extrême pauvreté en Amérique latine, elle est passée de 15,5% en 1990 à 11,4% en 2019 et, en raison de la pandémie, à 13,1% en 2020 et, en 2021, la CEPALC estime ce chiffre à 13,8%.

Reflétant les taux élevés d’inégalité sociale, le coefficient de Gini, une mesure de l’inégalité des revenus (de 0 à 1; 0 = pas d’inégalité, 1 = inégalité maximale), était de 0,54 pour l’Amérique latine en 2002 et de 0,46 en 2020.

Dans le cadre de ce dernier chiffre, en 2020, les coefficients de Gini pour certains des principaux pays d’Amérique latine étaient les suivants, selon la Banque mondiale: Colombie (0,55), Brésil (0,52), Panama (0,51), Chili (0,47), Équateur (0,47), Pérou (0,46), Bolivie (0,45), Mexique (0,45).

À titre de comparaison, selon la Banque mondiale, le coefficient de Gini montre moins d’inégalités en Espagne (0,35), au Canada (0,33), au Danemark (0,28), aux Pays-Bas (0,28), en Belgique (0,27), en Islande (0,26) et en Slovénie (0,25).

Parallèlement à cette pauvreté et à ces inégalités, qui se traduisent par une diminution des opportunités économiques pour les Latino-Américains, l’Amérique latine a récemment été témoin de la progression des positions de gauche et des promesses populistes dans l’arène politique, indique Credicorp.

Pauvreté et d’inégalité sociale

Des troubles ont éclaté au Chili et en Colombie, des candidats d’extrême gauche ont remporté les élections en Argentine, au Salvador, au Pérou, au Chili et au Nicaragua, et de nouveaux gouvernements de gauche ont été récemment élus lors des élections présidentielles en Colombie et au Brésil.

Les pays émergents où le niveau de pauvreté est plus élevé (comme de nombreux pays d’Amérique latine), en particulier, pourraient être plus touchés que d’autres pays par la hausse des prix des engrais et des céréales qui rendra les produits agricoles et les produits de première nécessité plus chers, ainsi que par l’augmentation des coûts du fret et des transports publics due à l’augmentation des prix du pétrole.

Credicorp estime donc que le pire canal de transmission pour les économies émergentes présentant des taux de pauvreté élevés pourrait être une baisse des revenus réels due à une inflation plus élevée en 2022.

Des niveaux élevés de pauvreté, associés à une plus grande inégalité, pourraient se traduire par moins d’opportunités économiques pour les résidents des nations émergentes et pourraient générer un facteur de risque social, des troubles alors que les salaires réels continuent de stagner en raison de la hausse des prix à la consommation.

 

Redacción Opportimes