Francés

Opérations portuaires de commerce extérieur au Mexique

Les opérations portuaires de commerce extérieur au Mexique ont été ventilées par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) par type de cargaison de 2017 à 2021.

En 2021, 234,3 millions de tonnes de marchandises ont été traitées dans les ports mexicains.

Ce volume a dépassé celui de 2020, mais n’a toujours pas atteint les niveaux d’avant la crise de Covid-19.

Les marchandises du commerce extérieur sont principalement constituées d’hydrocarbures, de marchandises conteneurisées et de vracs minéraux.

Le port de Manzanillo est le principal port du pays et l’un des principaux ports de la région pour le trafic de conteneurs.

Operaciones portuarias de comercio exterior, por tipo de carga, 2017-2021.

Le Mexique compte également 15 terminaux portuaires, situés en dehors des enceintes portuaires, qui sont utilisés pour exporter du sel, du gypse ou du phosphate.

Le Mexique maintient également un plafond d’investissement direct étranger (IDE) (49%) pour les entreprises fournissant des services de pilotage, de remorquage, d’amarrage, de lignes d’amarrage et de mise à l’eau, ou engagées dans la fourniture de carburant marin (bunker).

Toutefois, s’ils sont autorisés par la Commission nationale des investissements étrangers (CNIE), les étrangers peuvent augmenter leur participation (jusqu’à 100 %) dans les services de remorquage, d’amarrage et de lancement.

Opérations portuaires

Selon les autorités, entre 2017 et 2022, deux autorisations ont été accordées. Les pilotes portuaires doivent être de nationalité mexicaine.

Les compagnies maritimes à capitaux étrangers peuvent fournir des services de dragage, de construction et d’entretien portuaires, en utilisant des navires étrangers, sous réserve de réciprocité et d’une autorisation préalable du ministère de la marine (Semar).

La Direction générale des ports (DGP) peut fixer des tarifs pour l’utilisation des terminaux et la fourniture de services portuaires si elle détermine qu’il n’y a pas de concurrence effective dans le port.

C’est-à-dire s’il n’y a qu’un seul terminal, ou si une cargaison donnée ne peut être traitée que dans un seul terminal, ou encore s’il n’y a qu’un seul fournisseur de services.

Les critères de détermination des tarifs maximaux n’ont pas été révisés au cours de la période examinée; la DGP les détermine en tenant compte des coûts d’exploitation et d’investissement, du trafic réel et estimé, et des tarifs pratiqués sur le marché national et international.

Les tarifs maximaux sont fixés chaque année. Dans le cadre de cette révision, les autorités ont indiqué que d’ici 2022, 51% des tarifs des services portuaires sont réglementés.

Pendant la pandémie, des remises tarifaires ont été accordées et les paiements ont pu être reportés de 30 à 60 jours.

 

Redacción Opportimes

Publicidad
Mostrar más
Botón volver arriba