Francés

Maïs blanc: le Mexique impose des droits de douane de 50 % sur les exportations

Le Mexique imposera à partir de mardi un droit de douane de 50 % sur les exportations de maïs blanc (destiné à la consommation humaine uniquement et non génétiquement modifié).

De janvier à novembre 2022, le Mexique a exporté 246 926 tonnes de maïs blanc dans le monde pour une valeur de 78 millions de dollars.

Les principales destinations de ces envois étaient: le Venezuela (63,3 millions de dollars), le Guatemala (6,6 millions), le Costa Rica (3,2 millions), les États-Unis (2,5 millions) et le Salvador (2,5 millions).

Par un décret publié au Journal officiel de la Fédération (DOF), le ministère de l’économie a établi ce tarif, qui sera en vigueur jusqu’au 30 juin 2023.

Cette mesure vise à inverser la hausse des prix des produits fabriqués à partir de ce type de maïs, notamment les tortillas.

La formulation et la mise en œuvre de la politique commerciale restent la responsabilité du ministère de l’économie (SE). Il collabore avec d’autres ministères pour élaborer une politique globale d’ouverture et de promotion du commerce et pour attirer les investissements étrangers.

Elle collabore principalement avec les ministères des Affaires étrangères (SRE), des Finances et du Crédit public (SHCP) et de l’Agriculture et du Développement rural (SADER), ainsi qu’avec les ministères de l’Environnement et des Ressources naturelles (SEMARNAT), de l’Énergie (SENER), du Tourisme, de la Santé (SSA) et de la Défense (SEDENA).

Maïs blanc

Les gouvernements locaux et les parties prenantes sont également consultés dans la formulation de la politique commerciale.

Les mesures commerciales, avant d’être publiées dans le DOF, doivent faire l’objet d’une procédure d’amélioration de la réglementation, qui est réalisée au moyen d’une analyse d’impact de la réglementation (AIR) par la Commission nationale pour l’amélioration de la réglementation (CONAMER).

Cette analyse, qui n’est effectuée que si la mise en œuvre de la mesure peut impliquer un coût pour les individus, vise à garantir que les avantages de la réglementation l’emportent sur les coûts de mise en conformité, et que les exigences et les procédures sont simplifiées et rationalisées.

Les mesures existantes peuvent également faire l’objet d’une DAR (ex post), qui porte sur leur évaluation, leur impact et leur conformité ; en fonction du résultat, la mesure sera maintenue, modifiée ou supprimée.

Par exemple, en 2020, les nouvelles exigences relatives à l’importation et à l’exportation de produits destinés à la consommation humaine ont fait l’objet d’une AIR.

 

Redacción Opportimes

Publicidad
Mostrar más
Botón volver arriba