Francés

Les États-Unis discutent de TPA (l’autorité de promotion du commerce)

Le gouvernement américain et le Congrès discutent de la possibilité de faire fonctionner la Trade Promotion Authority (TPA).

Le Congrès et le Président travaillent généralement ensemble pour négocier et mettre en œuvre les accords commerciaux américains.

Depuis la loi sur les accords commerciaux réciproques de 1934, le Congrès a périodiquement délégué au président une autorité limitée pour réduire les droits de douane en proclamant des accords commerciaux réciproques.

Face à la multiplication des barrières commerciales non tarifaires, le Congrès a adopté l’autorité “fast-track” (aujourd’hui appelée TPA) dans la loi sur le commerce de 1974 afin d’établir les objectifs des négociations commerciales américaines et les procédures législatives accélérées pour l’examen des projets de loi mettant en œuvre les accords commerciaux, tout en préservant ses prérogatives constitutionnelles.

TPA

Le TPA le plus récent, que le Congrès a renouvelé en 2015 (P.L. 114-26), a expiré en 2021.

Jusqu’à présent, l’administration Biden n’a pas cherché à obtenir le renouvellement de la TPA, et a poursuivi les initiatives commerciales sous forme d’accords exécutifs potentiels.

Le renouvellement éventuel de la TPA pourrait donner lieu à des discussions sur les priorités commerciales des États-Unis, les objectifs de négociation et les effets de la politique commerciale sur l’économie nationale, les entreprises et les travailleurs, y compris le rôle de l’assistance à l’ajustement commercial (TAA).

La théorie économique montre généralement que le libre-échange est bénéfique au niveau national, même si les avantages et les coûts de la libéralisation des échanges peuvent être répartis de manière inégale au sein d’un pays.

Selon cette théorie, les pays produisent et exportent des biens et des services pour lesquels ils ont un avantage comparatif relatif plus important, et importent ceux qui ne sont pas disponibles sur le marché intérieur ou qui sont produits de manière moins efficace.

Cela suppose que les pays adoptent une approche axée sur le marché, suivent des règles similaires et offrent un accès réciproque au marché.

Avantages et inconvénients

Les avantages du commerce peuvent inclure des salaires plus élevés et une croissance de l’emploi, une plus grande variété de produits disponibles à des prix plus bas, une productivité accrue, comme dans les industries axées sur l’exportation, et une allocation plus efficace des ressources grâce à la concurrence et aux économies d’échelle.

Inversement, selon une analyse du Congrès américain, les coûts de la libéralisation du commerce peuvent inclure certaines pertes d’emplois et d’entreprises, ainsi que des baisses de salaires, en raison de la concurrence des importations et de la délocalisation de la production.

Ces avantages et ces coûts peuvent varier selon les secteurs. L’impact économique de la libéralisation du commerce est difficile à mesurer et fait l’objet de nombreux débats, notamment en raison des nombreux facteurs qui influencent l’activité économique.

La plupart des économistes s’accordent à dire que la libéralisation des échanges profite à l’économie américaine dans son ensemble, mais qu’elle entraîne des coûts d’ajustement pour certains secteurs et régions.

Les travailleurs et les entreprises peuvent avoir besoin de plus d’aide et de politiques ciblées pour s’adapter aux effets du commerce.

 

Redacción Opportimes

Publicidad
Mostrar más
Botón volver arriba