Francés

Les 3 “protocoles scientifiques” que la Cofepris utilise en biotechnologie agricole

La Commission fédérale pour la protection contre les risques sanitaires (Cofepris) applique trois “protocoles scientifiques” spécifiques qu’elle utilise pour réaliser des évaluations des risques des produits biotechnologiques agricoles destinés à la consommation humaine.

Les protocoles sont les suivants:

Cofepris

Pour les produits qui nécessitent un permis d’importation préalable, un certificat sanitaire délivré par l’autorité compétente du pays d’origine doit être présenté et le Cofepris du ministère de la santé doit être informé de l’arrivée et de la destination des marchandises.

La commercialisation, l’importation et la transformation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) destinés à l’utilisation ou à la consommation humaine sont soumises à l’autorisation de la Cofepris, qui dépend du ministère de la santé.

Cofepris procède à une évaluation des risques, selon des protocoles scientifiques, afin de déterminer la sécurité des OGM et de leurs produits pour la consommation humaine.

Les OGM ou les produits contenant des OGM, qui sont destinés à la consommation humaine directe, doivent porter une référence explicite aux OGM et inclure sur l’étiquette leur composition nutritionnelle ou leurs propriétés nutritionnelles, dans les cas où ils sont significativement différents des produits conventionnels.

Le ministère de l’agriculture (SADER) publie des NOM précisant l’étiquetage des semences ou autres matériels destinés à être semés, cultivés et produits agricoles, qui contiennent des OGM (article 101 de la loi sur les OGM).

Exportations

Pour exporter certaines marchandises, le respect de certaines réglementations et restrictions non tarifaires à l’exportation peut être exigé, à savoir: un certificat phyto-zoosanitaire (délivré par le Servicio Nacional de Sanidad, Inocuidad y Calidad Agroalimentaria (SENASICA); et un certificat sanitaire pour les boissons, les aliments préparés, transformés ou en conserve, les médicaments, les produits dérivés du sang humain (délivré par la Cofepris).

Un permis d’exportation ou une licence d’exportation non automatique (délivré par le SE); certificat CITES (délivré par SEMARNAT); un certificat délivré par les Conseils régulateurs dans le cas de l’exportation de tequila, de mezcal et de café; et le certificat d’origine pour les exportations bénéficiant d’un traitement préférentiel dans le pays de destination peuvent également être exigés. Ces documents sont traités par le VUCEM.

 

Redacción Opportimes

Publicidad
Mostrar más
Botón volver arriba