Francés

L’agriculture argentine: un leader en matière de maïs, de blé, de soja et de bétail

L’agriculture argentine dispose de conditions naturelles particulièrement favorables à une production diversifiée : de grandes étendues de terres fertiles, des sols et des climats variés.

Au fil des ans, l’Argentine s’est positionnée comme l’un des principaux producteurs et exportateurs de produits alimentaires au monde.

Selon le Cresud, au cours des années 90, l’agriculture et l’élevage argentins ont connu des changements radicaux, tels qu’une augmentation significative de la production et des rendements (grâce à un processus soutenu de modernisation de l’agriculture), la délocalisation de la production (cultures vs élevage) et un important processus de restructuration du secteur, ainsi qu’une plus grande concentration des terres.

Profitant d’un contexte international favorable, le secteur agricole a été l’un des principaux moteurs du redressement de l’Argentine après la crise économique et financière de 2002.

Au niveau mondial, l’Argentine se classe au septième rang des exportateurs de produits agricoles, avec 51 milliards de dollars en 2021.

Dans cet indicateur, elle a connu la croissance la plus dynamique en glissement annuel (+42%) parmi les 10 plus grands exportateurs, selon les statistiques de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

L’agriculture argentine

Selon le World Agricultural Supply and Demand Estimates Repro, publié par le département de l’agriculture des États-Unis le 12 octobre 2022, la production mondiale de soja pour la campagne 2022/2023 devrait être d’environ 390,99 millions de tonnes, soit une augmentation de 10,7 % par rapport à la campagne 2021/2022.

L’Argentine est l’un des principaux exportateurs de soja, avec le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay.

La production et les exportations de soja de l’Argentine pour la saison 2022/2023 devraient se situer autour de 51,00 millions de tonnes et 7,00 millions de tonnes, respectivement.

Cela signifie une augmentation de 15,9 % de la production de soja de l’Argentine, et une augmentation de 150,0 % de ses exportations de soja, par rapport à la saison 2021/2022.

Deuxième place

La production mondiale de maïs devrait également être d’environ 1 168,74 millions de tonnes pour la saison 2022/2023, soit une baisse de 3,99 % par rapport à la saison précédente.

L’Argentine est le deuxième exportateur mondial de maïs après le Brésil, suivi par l’Ukraine, la Russie et l’Afrique du Sud.

Pour la saison 2022/2023, la production et les exportations de maïs de l’Argentine devraient se situer autour de 55,0 millions de tonnes et 41,0 millions de tonnes, respectivement.

Cela signifie une augmentation de 3,8% de la production de maïs de l’Argentine, et une augmentation de 5,1% de ses exportations de maïs, par rapport à la saison 2021/2022.

Le Cresud rapporte que les politiques mises en œuvre par le nouveau gouvernement depuis son investiture ont amélioré les prévisions pour le secteur agricole.

Avant tout, la forte dévaluation du peso, les réductions de taxes sur les exportations et le taux de change spécial pour les produits du soja ont amélioré la situation des producteurs agricoles.

Une production plus faible

La production et les exportations de blé de l’Argentine pour la saison 2022/2023 devraient se situer autour de 17,50 millions de tonnes et 12,00 millions de tonnes, respectivement.

Cela signifie une diminution de 22,2 % de la production de blé de l’Argentine, et une diminution de 26,2 % de ses exportations de blé ; par rapport à la saison 2021/2022.

Selon l’Instituto de Promoción de la Carne de Vacuno (IPCVA), les abattages de bovins de boucherie au cours du deuxième trimestre 2022 ont légèrement dépassé les 3,34 millions de têtes, un chiffre modérément élevé qui représente une augmentation de 6,3 %, par rapport aux valeurs correspondantes du premier trimestre 2022, où environ 3,14 millions de bovins avaient été abattus.

Par rapport au deuxième trimestre de 2021, où environ 3,17 millions de têtes avaient été abattues, les abattages de bovins ont enregistré une hausse modérée de 5,5 %.

Au cours du premier semestre 2022, les abattages de bovins ont donné lieu à environ 6,48 millions de têtes, soit 2,2 % de plus que les valeurs correspondantes du premier semestre 2021, où environ 6,35 millions de bovins avaient été abattus.

 

Redacción Opportimes

Publicidad
Mostrar más
Botón volver arriba