Francés

Exportations de produits alimentaires et de boissons: la réussite de l’Amérique latine

Les exportations de produits alimentaires, de boissons et de tabac d’Amérique latine ont été les plus dynamiques de tous les secteurs manufacturiers au cours des 20 dernières années.

Leur valeur a presque quintuplé et l’excédent régional a été multiplié par sept, selon un rapport de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).

L’Amérique du Sud est largement excédentaire, l’Amérique centrale est proche de l’équilibre et les Caraïbes sont en déficit.

Le Brésil, le Mexique et l’Argentine représentent ensemble les deux tiers des exportations régionales.

En 2021, ces pays se classaient respectivement aux 9e, 16e et 23e rangs des principaux exportateurs mondiaux du secteur.

Les exportations de produits alimentaires sont assez diversifiées en termes de destinations.

Exportations alimentaires

Comme dans d’autres secteurs, les États-Unis et la région elle-même sont les principales destinations, mais la Chine, d’autres pays asiatiques et l’Union européenne sont également des acteurs importants.

Les tensions géopolitiques croissantes, les avancées technologiques liées à la quatrième révolution industrielle et la nécessité de réduire l’empreinte carbone du transport de marchandises semblent converger vers un scénario de raccourcissement ou de régionalisation des réseaux de production internationaux, dans lequel les multinationales cherchent à réduire leur exposition aux ruptures d’approvisionnement et à se rapprocher de leurs principaux marchés de consommation.

Du point de vue de la CEPALC, ce scénario offre des opportunités intéressantes pour la région, notamment en raison de l’arrivée d’entreprises manufacturières désireuses d’approcher le marché américain.

Étant donné l’importance de la proximité géographique dans cette stratégie, les opportunités liées à d’éventuels processus de nearshoring semblent se concentrer dans des pays tels que le Mexique, le Costa Rica et la République dominicaine, qui ont également conclu des accords de libre-échange avec les États-Unis.

En Amérique du Sud notamment, l’avenir du secteur des exportations manufacturières est lié à la revitalisation du commerce intra-régional.

Pour cela, il faut créer un marché vaste et stable qui combine une échelle efficace avec la minimisation des coûts de transaction associés à l’intégration productive transfrontalière.

Pour sa part, la CEPALC considère que cela nécessite des initiatives d’intégration qui transcendent les accords existants et s’orientent vers une convergence entre les différents groupements sous-régionaux.

En dehors de la sphère tarifaire, le programme de convergence comprend plusieurs questions de grande importance, telles que l’utilisation stratégique des systèmes nationaux de marchés publics, l’harmonisation réglementaire et la mise en place d’accords régionaux de facilitation des échanges.

 

Redacción Opportimes

Publicidad
Mostrar más
Botón volver arriba