Francés

Croissance économique mondiale selon Maersk

Maersk, une entreprise intégrée de logistique des conteneurs opérant dans 130 pays, s’attend à ce que la croissance économique mondiale soit d’environ 2% en 2023.

Malgré l’amélioration du premier trimestre de l’année en cours, des fissures dans les perspectives économiques ont commencé à apparaître au deuxième trimestre.

En Chine, la reprise de la réouverture qui a suivi la fin de la politique du zéro-covid s’est essoufflée et le secteur immobilier local ne montre aucun signe de reprise.

Parallèlement, aux États-Unis et en Europe, la hausse rapide des taux d’intérêt a créé des tensions dans le secteur bancaire au cours du premier semestre et des inquiétudes sont apparues quant aux répercussions possibles sur d’autres institutions financières.

Maersk a indiqué que les indicateurs de l’enquête font état d’une croissance plate, au mieux, en Europe et aux États-Unis au second semestre 2023 et au début 2024, avec un risque important de récession dans les deux régions.

Le secteur manufacturier continue de lutter et l’indice mondial des directeurs d’achat est resté en territoire de contraction depuis septembre 2022.

La croissance économique

Dans le même temps, la demande finale a commencé à s’affaiblir et les dépenses d’investissement en biens d’équipement et en logement ont souffert de la hausse rapide des taux d’intérêt.

Les consommateurs européens ont continué à réduire leurs dépenses en biens au deuxième trimestre. Le recul a été modéré dans la zone euro, le commerce de détail ayant baissé de 1,7% en avril-mai (en glissement annuel). Il a été plus marqué au Royaume-Uni, où la consommation de biens a chuté de 2,3%.

En revanche, aux États-Unis, la croissance de la consommation de biens est restée positive en avril-mai (1,1% en glissement annuel), mais la croissance séquentielle s’est clairement ralentie.

Entre-temps, la correction des stocks se poursuit. Si le ratio stocks/ventes s’est amélioré chez les détaillants, il reste élevé chez les grossistes, ce qui indique que des efforts sont faits pour aligner les stocks sur la demande, mais qu’il y a encore du travail à faire, ce qui continuera d’affecter les activités logistiques dans tous les segments.

 

Redacción Opportimes