Francés

Commerce extérieur au Mexique: contributions fiscales

Les contributions fiscales du Mexique provenant du commerce extérieur en 2023 s’élèvent à 1 117,6 milliards de dollars.

Comparativement, ce montant est inférieur de 1,9% à celui de 2022.

Au sein de ces contributions, 851,498 millions de pesos correspondent à la TVA, un impôt indirect prélevé sur la vente de biens et de services dans le pays. 

En deuxième position, le ministère des finances et du crédit public (SHCP) a obtenu 163,628 millions de pesos pour l’IEPS.

L’IEPS est un impôt indirect prélevé sur la production et la vente de certains biens et services considérés comme «spéciaux» ou «de luxe».

Par exemple, le SHCP perçoit l’IEPS sur des produits tels que les véhicules haut de gamme, l’alcool et les carburants.

Un troisième poste est l’impôt sur le commerce extérieur (ICE), qui comprend l’impôt général sur les importations (IGI) et l’impôt général sur les exportations (IGE). 

Pour ce dernier panier fiscal, le gouvernement mexicain a perçu 100,71 milliards de pesos.

Les autres contributions au commerce extérieur se sont élevées à 1,765 millions de pesos.

Ces dernières comprennent l’ISAN et les accessoires déclarés par l’Agence nationale des douanes du Mexique (ANAM).

Commerce extérieur

En 2023, les importations au Mexique se sont élevées à 598,475 milliards de dollars, ce qui implique une réduction de 1 % en glissement annuel.

En glissement annuel, les contributions à la TVA ont baissé de 13,9 %, l’IEPS a augmenté de 229,2 % et l’ICE a augmenté de 1,9 % en 2023.

Le Mexique utilise un modèle de développement économique basé sur l’augmentation de la rentabilité de son commerce extérieur. 

Pour ce faire, le Mexique se concentre principalement sur l’augmentation de ses exportations totales par le biais de diverses mesures commerciales, fiscales, financières et promotionnelles afin d’accroître et d’améliorer la compétitivité de ses exportations non pétrolières.

Les principaux avantages du Mexique sont sa position géographique, sa proximité avec les États-Unis (premier importateur mondial), la compétitivité de sa main-d’œuvre, ses ressources naturelles et un réseau d’accords commerciaux.

Depuis plusieurs décennies, la politique de commerce extérieur du Mexique se concentre sur l’élimination des obstacles au commerce extérieur.

Cela s’est traduit par une augmentation des exportations non pétrolières du Mexique et par une plus grande importance des produits manufacturés.

 

Redacción Opportimes