Francés

ACEUM: décision et contexte du panel sur les règles d’origine automobile

Le Mexique et le Canada ont battu les États-Unis dans un groupe spécial de règlement des différends sur les règles d’origine des automobiles dans le cadre du ACEUM.

Le 20 août 2021, le gouvernement du Mexique a déposé une demande de consultations avec les États-Unis en vertu du chapitre 31 (règlement des différends) de l’accord entre les États-Unis du Mexique, les États-Unis d’Amérique et le Canada (ACEUM).

Plus précisément, la demande portait sur l’application et l’interprétation par les États-Unis des articles 3 (Contenu en valeur régionale pour les voitures de tourisme, les camions légers et leurs pièces) et 8 (Transitions) de l’appendice de l’annexe 4-B (Dispositions relatives aux règles d’origine par produit pour les produits automobiles) et du paragraphe 4 de l’article 4.5 (Contenu en valeur régionale) du ACEUM.

En particulier, le Mexique a fait valoir que les exigences établies par les États-Unis pour calculer la valeur régionale du contenu (VRC) des voitures particulières, des camions légers et de leurs pièces ne correspondaient pas aux dispositions du ACEUM.

Le Mexique a estimé que les diverses dispositions de l’appendice de l’annexe 4-B du ACEUM fournissent aux producteurs d’automobiles des méthodologies différentes qui leur permettent de prendre en compte les pièces et composants non originaires dans le calcul de la RVC, et de garantir ainsi que le véhicule est considéré comme originaire aux fins de l’obtention des avantages tarifaires de l’accord.

Les États-Unis ne sont pas d’accord avec cette position.

ACEUM

Mexique a ensuite déposé, le 6 janvier 2022, une demande d’établissement d’un groupe spécial, afin que ce dernier examine la question en cause et tranche le différend.

Le Canada a ensuite demandé à se joindre en tant que co-plaignant le 13 janvier 2022.

Le 11 janvier 2023, le rapport final du groupe spécial a été publié, exposant l’interprétation par le groupe spécial des dispositions relatives aux règles d’origine automobile.

Au Mexique, l’Association mexicaine de l’industrie automobile (AMIA) s’était déclarée, avant la décision, “profondément” préoccupée par l’interprétation donnée par le gouvernement américain concernant le calcul de la teneur en valeur régionale pour les voitures particulières et les camions légers dans le cadre des règles d’origine par produit du T-MEC pour les produits automobiles et par sa clarification dans les règlements uniformes du T-MEC.

 

Redacción Opportimes

Publicidad
Mostrar más
Botón volver arriba